Passer au contenu principal

Recherche

Chaire Eli Lilly Canada de recherche en schizophrénie

Créée officiellement le 14 janvier 2003, la Chaire Eli Lilly Canada de recherche en schizophrénie a été mise sur pied grâce à engagement de 1,2 million $ d’Eli Lilly Canada et de 200 000$ conjointement par la Fondation de l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal et la Fondation de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal. Cette chaire vise à développer une expertise hautement qualifiée en clinique et en recherche sur la schizophrénie en général, et dans le domaine de la recherche sur les débuts de la maladie.

Axes de recherche

La toxicomanie

L’équipe de la Chaire mène présentement un projet en imagerie cérébrale sur les bases biologiques des envies de consommer la cigarette dans la schizophrénie. Il s’agit de l’un des premiers projets sur la question à l’échelle internationale. Le tabagisme est l’un des principaux facteurs diminuant l’espérance de vie dans la schizophrénie.

La violence

Des projets sont menés, en imagerie cérébrale, sur le traitement émotionnel et l’impulsivité chez des personnes atteintes de la schizophrénie avec un historique de comportements violents.

Traitement non-pharmacologique

Développement d'une nouvelle thérapie des hallucinations verbales réfractaires dans la schizophrénie à l’aide de la réalité virtuelle. Le projet comprend également des mesures physiologiques (EEG, eye tracking, etc.). Un patient partenaire est impliqué dans ce projet.

Perception de la douleur

Les personnes atteintes de la schizophrénie ont tendance à ne pas se plaindre de leur douleur, parfois même dans des situations où elles ont des problèmes médicaux graves (exemple: infarctus du myocarde). Dans ce projet, nous allons étudier l’influence de la cognition (distraction, mémoire, attentes, etc.) sur la perception de la douleur dans la schizophrénie. Nous comptons maintenant sur un laboratoire de douleur, financé par le ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation (Sonia Lupien).

La cognition (thème transversal)

En continuité avec les travaux historiques de la Chaire, une place de choix est accordée à la cognition. Plus spécifiquement, nous nous intéressons à l’impulsivité cognitive, à l’insight neuro-cognitif et la cognition sociale (théorie de l’esprit, reconnaissance des expressions faciales émotionnelles). En outre, nous pouvons maintenant compter sur une nouvelle tâche développée à l’aide de la réalité virtuelle. À terme, les travaux sur la cognition sociale ont pour objectif de nous aider à développer des nouveaux traitements de l’anxiété sociale dans la schizophrénie.

Équipe

Titulaire

Stéphane Potvin

Collaborateur

Dr. Emmanuel Stip