Passer au contenu principal

Actualités

Penser la santé mentale autrement : un livre pour changer les préjugés

Luc Vigneault et Tania Lecomte

Des chercheurs du CR-IUSMM participent à un ouvrage collectif qui allie le savoir expérientiel et les connaissances scientifiques en santé mentale pour démystifier la stigmatisation. 

C’est dans le but de faire changer les choses que Luc Vigneault, auteur, conférencier, pair aidant et patient partenaire à l’Université Laval, s’est associé à la docteure en psychologie, Tania Lecomte, également chercheuse au CR-IUSMM, pour coordonner la création d’un recueil de textes portant sur les problématiques vécues par les personnes atteintes de troubles de santé mentale.

Ensemble, ils ont réussi à regrouper certains des plus grands experts en la matière, provenant d’ici, de la France et des États-Unis afin qu’ils partagent leurs découvertes et observations en matière de stigmatisation. Des gens atteints d’un trouble mental de même que des proches, touchés eux aussi par la réprobation, ont également bien voulu sortir de l’ombre pour témoigner de leur expérience et suggérer des pistes de solution.

Ce livre propose des solutions concrètes et accessibles qui visent à mettre fin à la stigmatisation tant au sein des services de soins que du marché du travail, du système d’éducation et de la population en général.

Penser la santé mentale autrement : un livre pour changer les préjugés

Lors du lancement du livre, le directeur scientifique du CR-IUSMM, Stéphane Guay, a accueilli les auteurs ainsi que la présidente d’honneur du lancement du livre, madame Sandra D’Auteuil, directrice des Programmes santé mentale, dépendance et itinérance au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal. Tous deux ont rappelé l’importance de l’intégration des connaissances scientifiques, expérientielles et cliniques pour faire évoluer les pratiques en matière de lutte à la stigmatisation.

Penser la santé mentale autrement : un livre pour changer les préjugés

Marie-Hélène Goulet, professeure adjointe à la Faculté des sciences infirmières et chercheuse au CR-IUSMM, et Vincent Billé (à droite sur la photo), infirmier spécialiste clinique et en pratique avancée dans le secteur des soins psychiatriques et de la santé mentale, ont écrit un chapitre portant sur la coercition et la stigmatisation, alors que Philippe Vincent (milieu), pharmacien clinicien spécialisé en santé mentale, offre un chapitre sur la pharmastigmatisation.

Alors parler de préjugés, de discrimination et d’exclusion en santé mentale aide à repousser les obstacles majeurs au rétablissement de ceux qui sont aux prises avec un trouble mental ou psychologique.